Vélo Club Val d'Europe Velo club val d'Europe
Text Size

Fleche Brest Paris du 22 Mars 2016

Flèche de France BREST –PARIS 627 km du 22 au 24 mars 2016

Thierry Morlet – Franck Puchelle – Laurent Mercier

Malgré une préparation hivernale imparfaite pour Franck et moi,( 600km pour lui, 500 pour moi, loin des 1500 km qu’il aurait fallu pour se lancer dans cette flèche) nous nous sommes lancés pas très confiants dans ce défi. On s’était engagé en début d’année sur la demande de Thierry qui achève là sa 20è et dernière flèche. L’intérêt de s’y prendre à l’avance, c’est le prix des billets de trains (13euros).  Personnellement, j’ai chopé une grippe XXL 15 j avant qui m’a scié les pattes, et je me suis testé en faisant ma 1ére sortie de 100 bornes sur le BRM de Noisiel  …4 jours avant! Pas très sérieux, je sais…

 Ce jour là, sur le 200 BRM, on s’est pelé toute la journée avec un vent de nord est glaçant. J’ai fini en vrac mais beaucoup mieux que je l’appréhendais, si bien que j’ai confirmé pour mardi. La mauvaise nouvelle c’est que le vent restera nord, nord est.

Donc mardi 22, RV à la gare de Chessy à 5h13. Y’en avait un à la bourre, et pour une fois c’était pas moi ! Le retardataire (appelons le  F !) est arrivé au moment où la porte se refermait ! Ensuite Montparnasse puis train pour Brest, arrivée à 11h33. Départ de la gare à 12h, sous un soleil avec léger vent du nord,(et heureusement pas NE comme annoncé) et le froid qui nous lâchera pas des 3 jours. Première erreur de parcours (les panneaux et les bretons ça fait 2) puis rapidement l’ascension du Roc Trévézel, toit de la Bretagne avec ses 323 m, finalement plus simple que sur le parcours du paris brest paris, et surtout à l’abri du vent ! En haut, on a été attiré par l’antenne, au lieu de prendre tout de suite à gauche et on s’est engagé sur une descente … qu’il a fallu remonter ! Franck qui avait déjà du mal dans les bosses a apprécié !

A Callac où on devait pointer, on s’arrête dans une gargotte où règne un joyeux bordel, avec une odeur de pisse de chat. Le tenancier , pittoresque aussi, a semblé paniqué en voyant 3 clients d’un coup ! Il a mis 10 mn à trouver la lait, le chocolat  puis le réchaud pour finalement nous le servir …froid ! Au moins on s’est bien marré.  Cette première demi étape de 130 km présente beaucoup de relief, le vent froid de côté et Franck qui peine dans chaque bosse nous fait arriver avec la nuit au gîte tenu par des Anglais. On a (bien) mangé avec des clients alsaciens très bavards quand nous on pensait qu’à aller se pieuter.

Le lendemain lever à 5h30, (la dame s’est levée à 5h pour nous servir le ptit dej), il gèle dehors ! Le relief est moins casse patte qu’hier, quoique… 224 km au menu.

Si Franck en chie autant dans les bosses c’est parce que sa roue libre n’a que 25 dents, il va le regretter amèrement, en même temps il est raccord, faire son chemin de croix sur la semaine Sainte !. Alors qu’on était sensé avoir du vent favorable en fin de journée, (Caulnes-Tinténiac – Fougères), c’est l’inverse qui se produit, on l’a pleine bille !  Après Fougères, ça s’arrange, on peut mettre la plaque et arriver avec 1h de retard seulement à 20h30. Super hôtel, tenu par une sympathique et mignonne  hôtesse, bouffe faite maison, prix modique, à Ambrières les vallées (mayenne).

Dernière étape, 248 KM, on a prévu de s’arrêter à St Quentin en Yvelines à 39km de Paris, trop de circulation, en plus de nuit, c’est suicidaire avec ces c… de parisiens.

Petit détail, le vent a tourné, on l’a dans le dos !!!  Malgré ça et que le relief est plus plat (après Mortagne) on va finir avec une moyenne (de vttiste) de 17 KM/H !?!! digne d’un club de 3è âge ! C’est dire si Franck en a bavé, il a tout fait au courage.

Un petit mot sur le parcours, il est magnifique, on traverse des villages magnifiques, des ruisseaux, des bois avec des odeurs… bretonnes (on se croirait sur la route des cochons pendant 400km !), et la Mayenne est vraiment à découvrir. Cette ballade doit être encore plus sympa en avril avec des feuilles dans les arbres.

A Alençon, à un carrefour, Thierry me dit de m’arrêter, il pense que c’est à gauche, donc je m’arrête en pleine voie, et lui qui continue en regardant sa carte me percute plein fer dans le dos !! Y’a des gars, tu partage ta chambre deux nuits avec eux, ils se permettent des privautés !

 Bref, strike ! les 2 au tas, je me retrouve au sol un pied dans ses rayons ! Lui par contre, a entendu un crac au niveau de son guidon ! Effectivement, il est cassé, heureusement qu’il y a  la guidoline pour le tenir ! Finalement il va pouvoir rentrer jusqu’au bout et pis ça fait un souvenir pour sa dernière flèche !

Vu notre moyenne on accumule le retard et on préfère arrêter à la nuit à Montfort l’Amaury, 22km plus tôt que prévu C’est vrai qu’au niveau éclairage on est limite !

Conclusion

On aura eu de la chance en ayant une bonne fenêtre météo, on a eu froid  mais 2 jours après c’était la tempête et la pluie. Faire Brest Paris sans pluie, c’est rarissime (demander au président et Nicolas). J’ai été agréablement surpris par ma forme avec si peu de km. Franck en a bavé physiquement mais le moral est resté bon, et c’est primordial pour ce genre de défi. Thierry malgré ses kg en trop était pas mal même s’il manquait de puissance par moment.  Il est le 2è du club à les terminer derrière Clode, moi il m’en reste 10…