Vélo Club Val d'Europe Velo club val d'Europe
Text Size

CR LONG WEEK END

LA CHAMPENOISE

Samedi : jour J - 06:15, les premiers véhicules arrivent.

Accolades et poignées de mains se font dans un silence presque parfait.

Le départ est prévu à 06:30. J'attends le Dom pour effectuer le transfert de mon "Spad" dans son véhicule. Il arrive avec à bord Nico et Pascal D. (PD pour les intimes).

Nouvelles accolades, transfert en cours, nous en profitons pour faire un brin de causette. Hé oui, c'est comme ça les hommes, faut qu'ça papote de tout et de rien, on n'est pas des donzelles.

06:30 : tout est paré, nous montons dans les bagnoles direction Reims.

1h30 plus tard, nous voilà arrivés à notre première aire de jeu non loin d'Epernay.

Montage des vélos et mise en place des tenues du club histoire de faire plus sérieux.

Le petit déj est prêt et un bon café bien chaud est de bon augure car le temps sur place est des plus maussades.

Le brouillard et une pluie fine sont au RDV, qu'à cela ne tienne, on attendait ce WE avec impatience, le départ est lancé.

Une petite boucle de 45 bornes jalonnée de vignes à perte de vue (qui ne va pas très loin vu le brouillard), de forêts denses, de chemins tortueux et glissants ainsi que de grandes allées de glaise un peu trop collante à notre goût.

Pour ce qui est de l'organisation, le Yann a tout prévu. Il a demandé le soutien de plusieurs potes du coin, grands sportifs et vététistes dans l'âme.

Les parcours furent ludiques, les ravitos prévus chez les organisateurs copieux accompagnés de boissons locales revigorantes.

Fin de journée, les vélos rangés dans le master de Yann, le groupe trempé, transi, direction Avize où le gîte dans les bois nous attend.

Nous visitons cette belle demeure, équipée avec goût avec une salle commune chaleureuse, faisons un feu de cheminée,  prenons nos quartiers pour ranger les affaires et pendant que les uns nettoient fringues et vélos, d'autres rangent les différentes potions au frais et les derniers prennent leur douche.

Une fois tout ce petit monde préparé, arrive le deuxième moment tant attendu : l'apéro au coin du feu dans une atmosphère douillette, des petits groupes se forment pour profiter du moment, récupérer, papoter (encore) et déguster.

Tout y est, champagne, bières blondes, brunes, blanches, vin rouge, ratafia. Bref, le grand jeu.

Troisième effet kiss cool : LA SUPERBE CHOUCROUTE de la maman de Yann, ce fut tellement délicieux que le silence se fit pour ne laisser place qu'au bruit des couverts qui piochaient dans ce mets d'un pur bonheur.

Dimanche : le temps est plus clément, pas de beau et chaud soleil mais au moins il ne pleut pas.

La journée débute par un copieux p'tit déj préparé par l'équipe et accompagné de "chocolatines", croissants et pain tout frais que Yann a rapportés de chez le boulanger.

08:30 : vérification des montures, arrivée des poissons pilotes locaux pour une "reco" de la région par temps clair.

Toutes ces vignes à perte de vue avec ses mélanges de couleurs allant du vert, passant par le jaune et finissant par le rouge. Grandiose.

Le parcours est plus technique, un peu plus glissant avec des trous dans tous les sens qui font office de toboggan à répétition. On n'a pas le temps de s'ennuyer.

Mais il fallait s'y attendre, le terrain de la veille a fait souffrir les machines.

Ca commence par J-Phi avec sa roue libre qui prend toutes les libertés. Enzo dans sa grande générosité (ah ces ritals, y a pas à dire, ils ont la main sur le cœur) lui cède tout de suite son vélo pour qu'il puisse finir ce parcours sans regrets et rentre au gîte par voiture-balai.

Quelques bosses, trous et racines plus tard, c'est ma chambre (à air) qui éclate, le pneu fendu sur 4 cm.

Après une grosse réparation "maison Seb" faite de chambre à air collée de carton en contrefort, je peux remonter sur le vélo mais l'aventure hélas s'arrête là. Je repars par la route accompagné de J-Phi qui n'a pas supporté les cabrements de la monture de l'écurie italienne.

Le temps de rentrer par la route, de se laver, nettoyer le vélo, ranger le tout dans la voiture, de se restaurer et surtout boire un petit coup tranquille en compagnie d'Enzo et J-Phi , le reste de la troupe rentrait au bercail.

Ce fut la course pour tout préparer et ranger dans les voitures pour prendre notre dernier repas chez la maman de Yann (vers 16:00) sans oublier l'apéro du coin, je ne me souviens plus comment ça s'appelle mais ça se boit comme du petit lait.

La table fut dressée rapidement par le groupe, nous avons bien mangé, bien bu, avons tous eu le ventre bien tendu, merci qui ?............ Je suis sûr que vous avez deviné.

18:00 : fin des hostilités, c'est le retour de la 7ème à la maison, pas en peloton mais dans une grande diversion comme elle seule sait le faire : le bordel !!!!!

Mais ce qui compte, c'est d'arriver...

PS : un grand merci à Yann pour cette organisation sans faute, à tous ses potes pour nous avoir consacré du temps et nous avoir accueillis chez eux. Un immense merci à la maman de Yann  pour son accueil, sa dévotion et sa gentillesse. Et pour finir, merci à la 7ème pour sa solidarité !!!!

                                                                                                                                             "LE CORBEAU"